Données Mandées

 

De ce qu’il existe un trio anglais (par pitié ne disons plus anglo-saxon) essentiel aux usages de lecture sur le web, au maniement et remaniement des données : clickable, searchable, queryable.

On parle donc de requêtes, et toute une politique des demandes, des refus, de l’obtempération, de la collaboration ou du mensonge se dessine. On peut entrer dans un système par fraude, celui-ci peut être plus ou moins fermé, il y existe des portes et des passages (restés) secrets (backdoors), il y a des « failles » dans des murs ou murailles virtuels.

Il existe aussi des ponts, des routes par lesquels transite tout un commerce de données. Une ville médiévale se superpose à mes pensées, jusqu’au garde, jusqu’au péage ! On parle de paquets, voyez ces cubes enveloppés de toile et de tissu : quel est le contenu ? La marchandise est fragmentée, répartie en caravane, elle sera reconstituée dans la cour du palais.

Requête, le mot est fort. Et mériterait qu’on y attache le mot quête, et celui d’enquête, mais le questeur est devenu de nos jours un camelot, presque un mendiant.

Cette requête est une demande : demande d’accès à des données. Échange proposé, requête (query) pour pouvoir retirer, récupérer (retrieve).

Pour que cette requête ait un sens, il faut qu’il existe des interlocuteurs, fussent-ils machines, que des noms soient échangés, des adresses fixes ou mobiles et peut-être même des qualifications, une lettre de recommandation, un sceau, des garanties (que l’on pense à l’imagerie du sceau, du tampon dans tous les processus d’identification et d’authentification, telle source est-elle crédible ? est-elle contrefaite ? Que l’on pense à l’imagerie du trousseau de clefs, qui évoque un maître d’hôtel ou un gardien de cellule…). Demander, s’identifier, répondre, il me vient des images de tels échanges entre seigneurs féodaux, entre vassaux. C’est même jusqu’à l’appellation d’esclave (slave) qui apparaît parfois en informatique, certaines commandes, certains ordres ne se refusent pas.

À l’heure du web des données, la communication entre applications, entre apps (et la troncature n’est pas seulement une abréviation, que désigne-t-on par app, sinon la suggestion du mobile, du tactile, d’interfaces particulières ?) est fondamentale surtout quand certains sites fonctionnent à la manière d’un logiciel : on ne parle que d’API, d’interface d’interactions, de protocole d’échanges, d’interopérabilité. S’il y a protocole, il y a aussi statuts, hérauts et chanceliers chargés de définir les cadres formels de ces échanges à la cour.

Prenons le cas de Twitter, d’Instagram, de Twitter, de leurs rachats et de leurs ruptures médiatisées : telle application, tel site s’appuyait sur un intime connexion avec tel réseau social, celui-ci ferme ses portes ou monnaye ses flux, ou au contraire joue de sa notoriété d’ouverture pour que l’engouement des programmeurs à utiliser l’API de leur plateforme rehausse en retour leur notoriété.

Il y a bien là requête, il y a bien là des routes tracées, des ponts jetés entre des systèmes. Mais raccord il y a, ce sont bien par le biais de pont-levis. On parle d’ouverture et de standards, mais qui prépare et jargon féodal et cadenas pour s’assurer qu’on parle sur son territoire une langue sous pouvoir, que les portes ne sont pas battantes.

Ce qui pourrait être un plan, une ville.
Ce qui pourrait être un plan, une ville.

D’où l’immense différence entre mander et quémander : les requêtes sont faites par des machines, mais les contrats les accords sont par des hommes, des organisations signés.

Mander c’est convoquer, faire venir — il n’est pas difficile de faire ici appel au Wiktionnaire, qui présente des informations de plusieurs sources, de plusieurs mains, et qui pour l’étymologie s’appuie souvent sur les ressources du Dictionnaire de l’Académie française, sur les Trésors informatisés de la Langue Française. Existe-t-il un bien plus commun ? Les champs en commun en bordure des villes,  ont donné à la langue anglaise cette notion de « commons », voilà qui redore la blason d’une connotation tirant vers le médiocre en français (« il est d’un commun ! »), comme si le bien de tous valait moins que le bien d’un seul, que le commun accord valait moins qu’un ordre émanant de l’étage supérieur.

Mander c’est parler de la famille de mandare : demander, commander, recommander. Ces mots sont au coeur de nos interactions, du formalisme médiéval au protocoles informatiques.

Mais quémander alors ? C’est presque mendier, clandestinement, avec insistance, et quand on l’orthographiait caïmander on appelait le mendiant caïmant.

Quand j’entendis hier le mot de SPARQL pour la seconde fois,  je ne soupçonnais pas un standard de Query Language, assise plus solide pour fonder un web sémantique que des APIs à levier, levis et devis parfois cachés. Il ne s’agit plus de mendier des données, mais d’établir des port francs, où l’on peut moduler ses requêtes les plus précises sur des données qualifiées, sur des corpus parfois multiples, fusionnés et remodulés pour l’occasion, sans avoir à faire allégeance. En somme, faire valoir que la logique des « commons » vaut bien, à long terme, celle des crocodiles.