L’hérménaute

Les ordinateurs, les tablettes et ces appareils qu’on peut qualifier d’ordiphones sont aujourd’hui dotés de technologies de lecture à même de concurrencer le statut traditionnel du livre papier et de la presse écrite. Nous voulons ausculter ce changement de paradigme qui concerne des modèles de transmission culturelle aussi bien qu’un pan grandissant de « l’économie de l’attention ». L’étude de ces nouveaux environnements de lecture doit aborder toutes les questions soulevées par la constitution, l’utilisation et la conservation d’une bibliothèque numérique personnelle.

A côté du perfectionnement des moyens d’affichage et de navigation du texte — entre ré-appropriation de toutes les ressources de la tradition typographique et développement de fonctionnalités purement numériques — on s’interessera donc aux moyens d’appropriations de l’écrit (sociabilité et partage numérique, annotations et rétentions, modélisation des parcours de lecture) qui reposent sur la constitution problématique d’une « digital literacy », qu’elle soit le fruit d’une éducation ou d’un auto-didactisme d’amateur. La constitution d’un savoir-lire numérique, face à des à des problèmes d’inter-opérabilité entre des écosystèmes propriétaires pose pour nous un problème de société qui demande de considérer tous les acteurs de cette nouvelle chaîne du livre, le positionnement du numérique à l’école et le développement de pratiques « amatrices » dégageant une marge de manoeuvre par rapport aux objets de ces lectures multiples.