Esthétique du Post-it 1/3

 

 

Le post-it, une fois scanné ou photographié, peut tout à fait s’integrer comme une diapositive dans un powerpoint, et cette slide d’un document de la NSA qui a fait le tour du monde, représente de manière à la fois naïve et effrayante les vues de l’agence sur l’intégralité des données utilisateurs traitées par Google. Il suffit de deux petits nuages, de quelques flèches de légendages et même d’un petit smiley ces émoticons qui servent à la fois à la communication phatique et à la communication concrète. Cet emoji sert-il à dédramatiser, ou à répondre à un point précis, à une question posée au cours de ladite réunion ? On a ici une image du post-it, du mémo, du récapitulatif, de l’anti-sèche et du schéma explicatif utilisé en conférence ou en courrier. Tout cela à la fois.

Post-it où figure un schéma explicatif, scanné pour un powerpoint — objet d'une fuite d'information.
Post-it où figure un schéma explicatif, scanné pour un powerpoint — objet d’une fuite d’information.

Le post-it, aussi anodin cela semble-t-il, peut lui même être top-secret, comme tout morceau de papier froissé sortant d’une réunion de haute-sécurité, gradé par les circonstances d’un For your Eyes Only, sa circulation numérique, sur les canaux qu’il explique lui-même comment espionner a quelque chose d’ironique.

Ce qui nous intéresse ici :

-l’omniprésence du post-it comme véhicule de l’information formelle/informelle (on formalise des rapports entre des idées, mais le bout de papier et la couleur rappellent que ce n’est pas « au propre ». Des brainstorming de start-up aux réunions de la NSA, des outils en commun, étrennés et commercialisés aux USA (voir notre point sur l’histoire technique et commercial du Post-it, que nous appellerions bien Paste-it)

-les procédés de numérisation des dits post-its et papiers du même acabit et leur circulation numérique : du scanner comme périphérique, de l’appareil photo de smartphone comme scanner mobile.

-des logiciels de type aide-mémoire, qui aimeraient récuperer des usages de type post-it dans leur propre cadre (Aide-Mémoire sous OSX), ou qui s’inspirent de ses codes visuels (rectangles de couleurs, etc).

logiciel "Aide-Mémoire" sous OSX, rectangles de couleurs, possibilités de (tendance à) recréer un certain chaos.
logiciel « Aide-Mémoire » sous OSX, rectangles de couleurs, possibilités de (tendance à) recréer un certain chaos.

 

De manière générale, l’esthétique du rectangle de couleur, de la carte (card) de la cartelette, qu’on retourne, bat, fait filer, est à l’honneur (je pense à l’OS Windows Mobile)

Google Keep, le concurrent d'Evernote et des bloc-notes en ligne. Toujours le même slogan "gardez vos idées à portée de main, pour tjs, partout, etc.."
Google Keep, le concurrent d’Evernote et des bloc-notes en ligne. Toujours le même slogan « gardez vos idées à portée de main, pour tjs, partout, etc.. »

-la généalogie, l’archéologie des bouts de papiers, de la paperasses, de la rareté parfois extrême du brouillon (d’où le constant recyclage) à l’opulence industrielle des rames de papiers.

On pense aux brouillons de Rousseau au dos (blanc) de jeux de cartes suisses.
On pense aux brouillons de Rousseau au dos (blanc) de jeux de cartes suisses.

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *