O Gilgamesh !

Premier récit légendaire fixé par l’écriture cunéiforme il y a plus de 3800 ans, l’Épopée de Gilgamesh s’ouvre sur un éloge de la brique d’argile et sur la beauté des murs d’Uruk, antique cité de Mésopotamie :

« Regarde cette muraille,
Serrée comme un filet à oiseaux !
« Considère ce soubassement inimitable !
Palpe cette dalle du seuil
Amenée de si loin ! (…)

Contemples-en le briquetage ?
Tout cela n’est-il pas de brique cuite ?
Et les Sept Sages, en personne,
N’en ont-ils pas jeté les bases ?

Va maintenant chercher
La cassette en cuivre,
Manoeuvres-en
L’anneau de bronze,
Ouvres-en
Le volet à secret,
Et tires-en la tablette de lazulite,
Pour y déchiffrer
Comment ce Gilgamesh
A traversé tant d’épreuves ! »

Derrière la muraille, dans le double-fond caché d’un coffret, et par une sorte de mise en abyme fondatrice, on trouve immédiatement l’évocation de ce support d’écriture privilégié par les peuples de Sumer : l’argile relie la brique et la tablette, avec l’une on construit des villes, sur l’autre on réalise des écritures. Crue, l’argile peut-être retrempée, effacée et ré-utilisée ou remoulée ; cuite elle devient aussi solide que la pierre, prête à se conserver pendant des millénaires.

Architecture et architexture sont toujours liés : il faut respecter certaines opérations pour accéder au texte, et l’ayant entre les mains, encore faut-il savoir le déchiffrer. Ces considérations élémentaires sont même plus que jamais de mise au XXIe siècle, à l’heure où l »on se questionne sur la mutation des manières de lire, où l’objet-tablette est réinvestie par la technologie des lectures numériques.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *